Franciscaines Missionnaires de Marie

Comment est né l'Institut?

Les premiers jours de l'année 1877 trouvent Marie de la Passion à Rome, après douze années fructueuses de travail missionnaire en Inde comme membre de la Société de Marie Réparatrice. Des difficultés, une intuition l'obligent- comme jadis François avec ses premiers compagnons - à chercher la lumière auprès du successeur de Pierre, Pie IX et le 6 janvier 1877, en la fête de l'Epiphanie, manifestation du Christ aux Gentils, le Pape Pie IX autorise la fondation de l'Institut des Missionnaires de Marie, spécialement consacré aux missions, dans le diocèse de Coïmbatour.

FMM1

"Réjouissons-nous que notre Institut missionnaire soit né en cette fête de l'Epiphanie.
Bénissons Saint François, qui au même jour, nous a donné, par son successeur,
la promesse de nous abriter toujours sous son manteau,
et rappelons-nous l'enseignement qui nous fut donné en même temps:
'Pour trouver place sous ce manteau, pour être un rayon de l'Etoile immaculée
qui appelle les âmes à Jésus, il faut être bien pures, bien petites".

(Méditation de Marie de la Passion)

Avec cet encouragement de Pie IX et l'autorisation de fondation, Marie de la Passion, poussée par une force mystérieuse, cherche une maison pour s'installer en France. Les vocations commencent à arriver et les fondation se succèdent.
Marie de la Passion veut que l'Institut soit assez souple pour qu'il puisse faire face aux situations concrètes et aux labeurs variés de la vie missionnaire. Ce qui importe, pour elle, c'est de « préparer les voies du Seigneur », en portant à la manière de Marie la joie de la Bonne Nouvelle de l'Evangile aux avant-postes. Ainsi, aucune activité particulière spécifie l'identité missionnaire de l'Institut.

FMM3
L'universalité de l'Institut - vécue dans l'acceptation de l'internationalité/interculturalité - engage les soeurs à une disponibilité totale au service de l'évangélisation: elles doivent aller partout, malgré les risques, et témoigner, là où elles se trouvent, de l'amour de Dieu pour tous les hommes, en accomplissant toutes les formes de service répondant aux besoins de ceux qui les entourent.

« L'Institut n'est pas le fruit de la piété et de la raison humaine;
c'est un apôtre envoyé de Dieu. »
Marie de la Passion

FMM2Aujourd'hui - comme hier - en France comme ailleurs - les Franciscaines Missionnaires de Marie vivent l'Amour et le disent sous des formes multiples: il s'appelle force de vie, nouveauté de l'Evangile, passion, audace, risque, engagement pour la justice. Il devient un visage, une parole, une rencontre, un dialogue, une présence, une main tendue. Il est  interrogation et questionnement, risque et choix, paix et réconciliation, offrande et don, consécration et prière, vie nouvelle et espérance. Le visage de nos communautés fraternelles - tel un arc-en-ciel - est composé de sœurs de peuples, nations, langues et cultures différentes qui s'accueillent les unes les autres, comme un don de Dieu. Nos communautés témoignent, de cette façon, l'unité dans la diversité, annonçant l'avenir que Dieu prépare pour nous quand tous les peuples réconciliés seront rassemblés dans l'unique Peuple de Dieu.

Aujourd'hui - comme hier - en France comme ailleurs - nous sommes disponibles pour la Mission Universelle, prêtes à quitter notre pays ou à y rester, selon les appels de la mission, afin d'aller partout et à tous pour annoncer la Bonne Nouvelle, en priorité à ceux à qui le Christ n'a pas été révélé, à ceux parmi lesquels l'Eglise est moins présente, avec une préférence pour les plus pauvres. (Constitutions 4)

FMM4

Pour notre Fondatrice, Marie de la Passion, « Le grand missionnaire de l'Institut, c'est Jésus exposé et adoré ». Ainsi, nous puisons dans l'Eucharistie - célébrée et contemplée dans l'adoration quotidienne - la force de vivre notre offrande pour la mission dans une disponibilité totale, le don de tout notre être pour l'Eglise et le monde.

Notre site de congrégation        ou      notre site en France-Suisse

Fêtes franciscaines

13 octobre - Bienheureux Honorat Kozminski, prêtre Capucin 
1829-1916

honorat

Le bienheureux Honorat de Biala (dans le siècle: Florentin Kozminski), né le 16 octobre 1829 à Biała Podlaska et mort le 16 décembre 1916 à Nowe Piasto, est un capucin polonais béatifié par Jean-Paul II en 1988.

Il étudie d'abord à Płock, puis il suit des cours d'architecture à Varsovie, alors administrée par la Russie impériale. Il est arrêté en 1846, sous la fausse accusation de faire partie d'une organisation secrète patriotique. Il mûrit sa vocation religieuse en prison et entre comme novice au couvent des capucins de Lubartow en 1848. Il y est ordonné prêtre, le 27 décembre 1852. Il devient confesseur et est à l'origine de la création de vingt-sept communautés affiliées au Tiers-Ordre franciscain, dans un climat d'hostilité de la part des autorités russes à l'égard de l'Église catholique. C'est ainsi que ses dirigés parmi lesquels la bienheureuse Marie-Angèle Truszkowska fondent des instituts contemplatifs ou bien d'aide aux pauvres et aux malades. On peut citer également entre autres les doloristes, les filles du Cœur Très Pur de Marie, ou les Sœurs séraphites. Le père Honorat est nommé commissaire général de l'ordre des capucins pour toute la Pologne, en 1899.

 orasion de la messe du Bienheureux Honorat

Seigneur, tu as inspiré au bienheureux Honorat de manifester aux hommes la tendresse de ton amour pour les réconcilier avec toi, accorde-nous de goûter le bienfait de ton pardon et d'être unis à toi dans une parfaite charité.

Dans l'immédiat

Evènements

Prière franciscaine

 "Je me suis endormi…Mais je suis ressuscité,
mon Père très saint m’a reçu dans sa gloire.
Père saint, tu m’as pris par la main droite;
ta volonté m’a conduit, tu m’as accueilli dans ta gloire." (extrait des Psaumes de l'office de la Passion de saint François)

Resurrection de Jesus Christ

Père, je te rends grâce et je te bénis pour la résurrection de ton Fils Jésus Christ.
Père, tu prépares ainsi notre propre résurrection.
Apprends-moi à vivre chaque réveil comme un apprentissage de ma résurrection
et chaque relèvement de chute comme un relèvement pour plus de vie . Amen !

EXPLOITATION HUMAINE

a group of migrants shout slogans and display a banner at the saint ludovic border crossing on the mediterranean sea between vintimille italy and menton 5359265

 

APPEL URGENT

HabiterAutrement

HELIX_NO_MODULE_OFFCANVAS